Nord : A-t-on affaire à une « ferme de l’horreur » à Wambrechies ? Pas pour l administration

Nord : A-t-on affaire à une « ferme de l’horreur » à Wambrechies ? Pas pour l administration


Samedi 09 Janvier 2021 03:51
Après une visite de la ferme d’un « vétérinaire expert indépendant » mandaté par la préfecture, ce vendredi, le rapport conclut que les 36 bovins « ne sont ni maltraités, ni en danger imminent ».

L’état d’entretien général des bovins est satisfaisant. L’alimentation en foin est en suffisance, la pâture en bon état, selon le rapport rendu public sur le site des services de l’Etat. « Dans ces conditions, la mise en œuvre d’une procédure administrative de retrait, en application de l’article L. 214-23 du code rural et de la pêche maritime, ne serait pas justifiée et contraire à la loi », estime la préfecture.

En parallèle, elle précise qu’une procédure de mise en conformité des bovins non-identifiés a été engagée par l’éleveur.

Adieu veau, vache… Une ferme de Wambrechies, dans le Nord, est visée par une manifestation qui se tiendra, samedi, devant la préfecture de Lille. En cause, l’élevage d’une trentaine de bovins jugé « maltraitant » par plusieurs associations de défense des animaux. En 2018, une vidéo avait déjà fait le tour de la toile, aboutissant à un procès.

Cette fois, une pétition en ligne a été lancée en décembre (laquelle recueille plus de 90.000 signataires) pour demander la saisie et le placement des animaux au sein de la Fondation Brigitte Bardot. « La Fondation est prête à récupérer tous les animaux et à les accueillir dans l’un de ses sanctuaires. Un pré les attend », explique une porte-parole de L214, une des associations à l’origine de la mobilisation. Sauf que l’administration doit donner son aval.

Des animaux en mauvaise santé
Tout a commencé par une enquête d’une bénévole de l’Ecole du chat de Marcq-en-Barœul. « Je m’occupais d’une colonie de chats devant cette ferme, raconte Marion Pécher, auteure de la pétition. Je me suis aperçu qu’à l’intérieur, les conditions de vie des bovins étaient déplorables. Au départ, j’ai travaillé avec les propriétaires pour les aider, mais je me suis rendu compte que cette situation perdurait depuis une vingtaine d’années. »


Afficher Plus



© 2020 ||جرأة.اونلاين || سياسة المحتوى