L’inquiétant Patrick Pelloux (Charlie, Bataclan) est pour la vaccination obligatoire des enfants


Lundi 03 Janvier 2022 10:53
Plus rien ne doit nous étonner pendant la « pandémie » de covid, covid étant le nom de code de l’organisation mondialiste qui veut prendre le pouvoir sur les nations avec la complicité des gouvernements corrompus, l’argent de la Banque, les moyens de propagande du Big Tech et les dangereuses injections du Big Pharma.

Dernière surprise en date, l’irruption dans la balance (il faut faire plier les récalcitrants à la vaccination de masse) de l’urgentiste Patrick Pelloux, qui a été rendu célèbre pendant la canicule de l’été 2003 en allant sur tous les plateaux prêcher la parole syndicale et alerter sur l’état des urgences hospitalières. Depuis, il a découvert le premier ses amis morts pendant le massacre de Charlie le 7 janvier 2015 et participé à la répétition générale du Samu le matin du 13 novembre 2015 en cas d’attentats multisites...

Toujours là où il faut...

À cette occasion, Patrick retrouve les plateaux télé, qu’il affectionne, et eux aussi puisqu’il fait partie des bons clients, c’est-à-dire des relais de la pensée dominante. Il se retrouve encore en pôle position dans l’opération de sauvetage, mais aussi de communication.

Trois événements tragiques, une canicule mortelle et deux attentats très meurtriers, auront poussé l’urgentiste sur le devant de la scène et fait de lui une figure médiatique. Pour le téléspectateur moyen, qui ignore tout de l’information profonde, Pelloux est un super docteur, toujours sur la brèche, qui se bat pour l’hôpital, pour ses collègues, et surtout, qui sauve des vies. C’est l’image positive qui a été fabriquée par les médias mainstream en 20 ans. Du coup, sa parole a du poids dans l’opinion, qui aujourd’hui hésite à se prendre une troisième injection (on parle pour la majorité des Français, soit 80 % environ) et qui renâcle à faire vacciner ses enfants (à 70 %).

Et curieusement, alors que l’on s’attendrait à un jugement non politique mais très thérapeutique de la part de Pelloux, voilà qu’il réapparaît dans les lucarnes pour pousser à la vaccination obligatoire des enfants, alors que tous les chiffres montrent que ces derniers ne risquent absolument rien avec ce variant grippal en fin de vie.

Quelque chose cloche. Si cette prise de position n’est pas scientifique, alors elle est politique. Dans ce cas, quel est le vrai rôle, au-delà de sa fonction officielle de soignant et de syndicaliste, de Patrick Pelloux ? Aurait-il quelque chose à cacher qui le force à tordre ses convictions, qui furent celles d’un vrai soignant ?

Ce revirement à 180 degrés nous rappelle celui de Philippe Val, chansonnier d’extrême gauche des années 70 qui prendra dans les années 90 le pouvoir, avec la complicité du dessinateur Cabu, sur le journal anar Charlie Hebdo, pour en faire en moins de 10 ans un brûlot américano-sioniste islamophobe. Une torsion idéologique qui pourrait s’expliquer par la proximité de Val avec le pouvoir sarkozyste, via son amie Carla Bruni et par le soutien direct de Sarkozy au journal incendié en 2011, mais ce serait rétroactif !, sinon par des affaires plus ténébreuses qui l’obligeraient à renier ses convictions profondes.

Or, on sait aujourd’hui que ce pseudo-vaccin ne soigne pas, mais Pelloux insiste.


Afficher Plus



© 2020 ||جرأة.اونلاين || سياسة المحتوى