L

L'Italie empêche des dizaines de migrants de débarquer d'un navire de sauvetage



Le nouveau gouvernement italien de l'extrême droite Giorgia Meloni a empêché le débarquement de 35 migrants secourus par un navire de l'ONG allemande SOS Humanity, qu'il n'estimait pas vulnérables.

Le navire Humanity 1, transportant 179 passagers sauvés d'un naufrage, est arrivé dimanche au port de Catane sur l'île de Sicile, et les médecins italiens ont commencé le processus d'identification de ceux qui avaient besoin de soins médicaux urgents.
Selon le porte-parole de SOS Humanité, Wasil Schauseil, cité par AP , les autorités ont d'abord laissé débarquer trois femmes et un bébé, puis une famille et enfin des mineurs non accompagnés, qui étaient au nombre de plus d'une centaine .

"Les médecins ont déclaré que 36 personnes n'étaient pas en situation d'urgence. Après avoir reçu la nouvelle, un individu s'est évanoui et a perdu connaissance et a dû être transféré en ambulance. C'est pourquoi il y a 35 personnes à bord", a-t-il expliqué.

"En ce moment, dans le port de Catane, un débarquement sélectif est en cours", a écrit le législateur italien Aboubakar Soumahoro sur Twitter depuis les lieux. "Les corps usés des naufragés déjà épuisés par le froid, la fatigue, les traumatismes et la torture sont considérés comme des objets par la volonté du gouvernement de Giorgia Meloni. C'est une honte !", a-t-il déclaré.

De même, l'ONG allemande a rapporté que les autorités avaient demandé au navire dont elles étaient propriétaires de quitter le port de Catane avec les 35 migrants à bord, notant que son capitaine avait refusé, puisque les lois maritimes l'obligent à embarquer toutes les personnes secourues en mer vers port sûr.

"Les rescapés ont droit à une évaluation individuelle de protection et cela ne peut se faire que sur terre. Le renvoi à la mer de ces 35 personnes qui demandent protection dans les eaux territoriales est une forme d'expulsion collective et est donc illégal ", a déclaré SOS Humanité. .

De son côté, l'administration Meloni insiste sur le fait que les migrants doivent se rendre dans les pays sous le pavillon desquels naviguent les navires de sauvetage, et n'autorise que le débarquement des hommes, des femmes et des enfants blessés. Le ministre de l'Intérieur Matteo Piantedosi accuse les organisations non gouvernementales de promouvoir la traite des êtres humains en Méditerranée.

Pendant ce temps, trois autres bateaux exploités par des organisations de sauvetage privées sont arrêtés au large de la côte est de la Sicile en attendant de recevoir l'autorisation d'un port, avec un total de 901 immigrants secourus.




Afficher Plus



© 2022 ||جرأة.اونلاين || سياسة المحتوى