L

L'UE menace les États-Unis pour les subventions aux voitures électriques



L'Union européenne a menacé lundi de prendre des mesures de rétorsion contre les États-Unis pour les subventions aux voitures électriques qui favorisent les constructeurs nationaux.

Le bloc des 27 nations est contrarié par la « loi sur la réduction de l'inflation » de Washington, qui prévoit d'énormes dépenses pour les initiatives d'énergie verte et comprend des allégements fiscaux pour les voitures électriques et les batteries fabriquées aux États-Unis.

Selon Bruxelles, ces avantages pour les constructeurs américains de véhicules électriques désavantageraient injustement les voitures électriques fabriquées dans l'UE sur le lucratif marché intérieur américain.

Les ministres des Finances de l'UE réunis à Bruxelles ont déclaré qu'ils pensaient que Washington n'entendait pas les inquiétudes de l'Europe.

"Je ne sais pas s'ils sont au courant de nos préoccupations", a déclaré le ministre allemand des Finances , Christian Lindner.

Il a ajouté: "Nous devons tout faire pour éviter un scénario de tit-for-tat ou même une guerre commerciale."

Son homologue français, Bruno Le Maire, a déclaré qu'il attendait de la Commission européenne qu'elle apporte "une réponse forte à cette politique américaine".

La législation américaine "pourrait nuire à cette égalité des chances entre les entreprises européennes et les entreprises américaines", a-t-il déclaré,

Il a souligné qu'il s'agissait "d'un sujet de vive préoccupation pour le gouvernement français", qui estime que 10 milliards d'euros d'investissements sont en jeu.

La loi américaine sur la réduction de l'inflation ouvre un crédit d'impôt de 7 500 $ pour l'achat d'une voiture électrique, mais le véhicule doit sortir d'une usine américaine avec des batteries fabriquées localement .

Le commissaire au Marché intérieur, Thierry Breton, a menacé lundi matin de prendre des "mesures de rétorsion" contre les États-Unis, qualifiant les subventions de "contraires aux règles de l'Organisation mondiale du commerce".

Si Washington ne prend pas en compte les points de vue de ses partenaires européens, le bloc pourrait "aller à l'OMC" et y faire valoir ses arguments, a-t-il déclaré sur la radio et la chaîne de télévision françaises BFM Business.

La semaine dernière, l'UE a exhorté les États-Unis à lui accorder les mêmes exemptions qu'aux voitures construites au Canada et au Mexique.

Bruxelles et Washington ont mis en place un groupe de travail pour tenter de trouver une solution.

Le commissaire européen au commerce, Valdis Dombrovskis, a déclaré à son arrivée pour la réunion de Bruxelles que la question était discutée « en profondeur » avec ses homologues américains, ainsi qu'au sein du groupe de travail conjoint.

Les crédits américains ont particulièrement agacé l'Allemagne, la puissance manufacturière européenne, qui s'inquiète pour son industrie automobile clé.

Le chancelier Olaf Scholz a averti le mois dernier que les mesures américaines pourraient déclencher « une énorme guerre tarifaire ».




Afficher Plus



© 2022 ||جرأة.اونلاين || سياسة المحتوى