Logo - Jor2a.online
Divorces en hausse et mariages en baisse : pourquoi le « prix » des liens au Mexique change

Divorces en hausse et mariages en baisse : pourquoi le « prix » des liens au Mexique change


Abonnez vous sur
Telegram

Au cours de l'année 2021, 149.675 séparations ont été enregistrées, soit 61,4% de plus qu'en 2020, selon les statistiques de l'INEGI.
Les divorces au Mexique ont considérablement augmenté ces dernières années, et Fabiola Anaya, professeure de psychologie clinique et de médecine comportementale, évoque deux raisons possibles : la première est que le problème de la violence domestique est plus fort que jamais , et la seconde est que La société se réorganise .

Les données de l'Institut national de la statistique et de la géographie ( INEGI ) montrent qu'en 2021, 149 675 divorces ont été enregistrés, soit 61,4 % de plus qu'en 2020, où il y en avait 92 739. Cependant, la spécialiste précise que cela ne doit pas être associé à quelque chose de négatif , car pour elle c'est plus tragique de rester dans un lien où l'on n'est plus heureux ou bien .
En ce sens, commente-t-elle, « pendant longtemps les femmes ne pouvaient pas identifier ce qu'était la violence conjugale, on pensait que c'était seulement lorsqu'elles vous frappaient, mais avant cela il y avait de nombreuses manifestations comme la jalousie, le chantage, la manipulation, pour diminuer votre personne , qui font partie du ' Violentómetro ' (une classification des différentes manifestations de violence dans le couple).

Comme il y a désormais plus d'accès à l'information, les femmes qui peuvent - parce que le divorce est le privilège de peu -, qui ont les outils pour divorcer et reconnaître qu'elles ont été impliquées dans une dynamique violente, partent .

Relations familiales
L'Enquête nationale sur la dynamique des relations familiales ( ENDIREH ) révèle qu'en 2021, 70,1 % des femmes mexicaines âgées de 15 ans et plus ont vécu au moins une situation de violence au cours de leur vie.

La violence psychologique était la plus répandue (51,6 %), suivie de la violence sexuelle (49,7 %). C'est dans la sphère communautaire qu'elles subissent le plus de violences (45,6 %), suivie de la relation de couple (39,9 %).

Ces derniers chiffres, comparés à ceux du divorce, selon Anaya, « ne nous amènent qu'à une conclusion : que l'agresseur est chez lui ».

Les appels aux refuges n'avaient pas été déclenchés avec une telle urgence avant la pandémie [par le covid-19] car peut-être que les femmes avaient l'occasion d'aller chez leur mère, avec leurs amis, mais pendant le confinement elles sont restées enfermées avec leurs agresseurs , ajoute la psychologue, également spécialiste des questions de genre.

Dans ce sens, il détaille que pendant la contingence sanitaire, évidemment les chances de séparation étaient nulles car les tribunaux étaient fermés . Ce qui explique qu'au cours de l'année 2020, 92.739 divorces ont été enregistrés, soit 42% de moins que ceux enregistrés en 2019, selon les données de l' INEGI .

Qui divorce le plus ?
Les entités de la République mexicaine où les taux de divorce les plus élevés ont été enregistrés (en 2021) pour 10 000 habitants étaient : Campeche 46,6 %, Sinaloa 40,2 % et Coahuila 37,4 %. En revanche, les taux les plus bas correspondaient à Veracruz 6,4%, Oaxaca 8,6% et Puebla 9,1%.

Dans le cas des mariages homosexuels, les statistiques indiquent qu'en 2021 , 153 des hommes et 288 des femmes ont été dissous .



Afficher Plus


Dernières actualités


© 2023 ||Jor2a.online || Condition d'utilisation