Mort d’Eve Babitz, photographe, romancière et égérie d’Hollywood


Dimanche 19 Decembre 2021 07:27
La photographe et romancière américaine s’est éteinte à l’âge de 78 ans. Elle laisse derrière elle une vie d’excès racontée notamment dans «Eve à Hollywood».
Elle était une L.A. Woman comme celles chantées par les Doors, à la fois muse et chroniqueuse des excès du Hollywood des années 1960 et 1970. La photographe et romancière Eve Babitz s’est éteinte vendredi à l’âge de 78 ans. L’information a été confirmée à la presse américaine par sa biographe Lili Anolik, qui n’a pas communiqué plus d’éléments à ce stade.

Née en 1943 à Hollywood d’un père violoniste et d’une mère architecte, Eve Babitz plonge dès l’adolescence dans le tourbillon du showbiz américain, de ses fêtes et de ses drogues. Dès l’âge de 14 ans, elle commence à rédiger ses mémoires qu’elle intitule Moi, je n’élèverais pas mon gosse à Hollywood. Elle lit Virginia Woolf et Colette. A 19 ans, par l’intermédiaire de son compagnon le commissaire d’exposition Walter Hopps, elle pose nue, jouant aux échecs face à Marcel Duchamp au Pasadena Museum of Art. Le cliché restera célèbre.

Eve Babitz poursuivit une carrière de photographe, de muse hollywoodienne - au bras notamment de Jim Morrison ou d’Harrison Ford - et de chroniqueuse amusée pour Vogue ou Rolling Stone. Elle raconte notamment de manière très directe sa vie sexuelle ou ses diverses expériences de substances psychotropes. De ses années les plus flamboyantes, elle tira un roman culte, Eve à Hollywood, qui est paru en début d’année pour la première fois en français, alors qu’il fut publié aux Etats-Unis en 1972. Elle écrivit également Sex & Rage, paru en 1979 aux Etats-Unis, roman là encore en partie autobiographique aux airs de descentes aux enfers. On lui doit aussi la pochette de l’album Buffalo Springfield Again (1967) du groupe éponyme, l’un des meilleurs disques de rock de la fin des années 1960.




Afficher Plus



© 2020 ||جرأة.اونلاين || سياسة المحتوى