L

L'Assemblée générale de l'ONU suspend la Russie du Conseil des droits de l'homme


Jeudi 07 Avril 2022 19:07
L'Assemblée générale de l'ONU a voté jeudi la suspension de la Russie du Conseil des droits de l'homme de l'ONU en guise de punition pour l'invasion de l'Ukraine.

Sur les 193 membres de l'assemblée, 93 ont voté en faveur de la suspension proposée par les États-Unis tandis que 24 ont voté contre et 58 se sont abstenus, suggérant un affaiblissement de l'unité internationale contre la Russie aux Nations Unies.

Il s'agissait de la deuxième suspension d'un pays du conseil. La Libye a été la première, en 2011.

La suspension nécessitait les deux tiers des voix pour et contre ; les abstentions ne comptaient pas.

Parmi les pays qui ont voté contre figurait la Chine, un allié de Moscou qui s'est obstinément abstenu de critiquer l'invasion. D'autres étaient l'Iran, l'ancienne république soviétique du Kazakhstan et Cuba communiste, ainsi que la Russie elle-même, la Biélorussie et la Syrie.

Malgré la pression de Moscou pour un non, plusieurs pays africains se sont seulement abstenus, comme l'Afrique du Sud et le Sénégal. Le Brésil, le Mexique et l'Inde se sont également abstenus.

Les États-Unis soutiennent que cette punition - la suspension de la Russie de l'organisation basée à Genève qui est le principal observateur des droits de l'homme de l'ONU - est plus que symbolique et intensifie en fait l'isolement de la Russie après l'assaut contre l'Ukraine qui a commencé le 24 février.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a également appelé à l'expulsion de la Russie du Conseil de sécurité de l'ONU "afin qu'elle ne puisse pas bloquer les décisions concernant sa propre agression, sa propre guerre".

Mais Washington a admis que personne ne pouvait rien faire au sujet de la position de la Russie au Conseil de sécurité, où elle dispose d'un droit de veto.

– Faites correspondre les mots avec 'action' –
Plus de 11 millions de personnes ont été déplacées depuis que la Russie a envahi l'Ukraine le 24 février.

Le monde a été scandalisé par les images de dizaines de civils apparemment exécutés et laissés dans des fosses communes dans des zones autrefois contrôlées par les troupes russes. Ce carnage a conduit à de nouvelles séries de sanctions contre la Russie.

Des journalistes, y compris de l'AFP, ont trouvé le week-end dernier des cadavres en civil, certains avec les mains liées dans la ville de Bucha, à l'extérieur de Kiev.

"Les images de Bucha et la dévastation à travers l'Ukraine nous obligent maintenant à traduire nos paroles en actes", a déclaré lundi l'ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield alors qu'elle demandait la suspension de la Russie du Conseil des droits.

"Nous ne pouvons pas laisser un État membre qui subvertit tous les principes qui nous sont chers de continuer à participer" au conseil, a-t-elle déclaré.

Le Kremlin a nié que les forces russes aient tué des civils et a allégué que les images de cadavres à Bucha étaient des "faux".

Le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a été fondé en 2006 et est composé de 47 États membres choisis par l'Assemblée générale.


Afficher Plus



© 2020 ||جرأة.اونلاين || سياسة المحتوى