Logo - Jor2a.online
Tensions, pactes et autres visages : l

Tensions, pactes et autres visages : l'Espagne donne le drapeau pour une campagne électorale à haute tension


Abonnez vous sur
Telegram

L'Espagne a commencé cette année 2023 en entrant de plein pied dans une campagne électorale non officielle qui occupera toute cette année. Le pays a trois rendez-vous importants avec des urnes qui vont imprégner tout le cours politique.

Les deux premières auront lieu le 28 mai, lorsque les citoyens seront appelés à participer aux élections régionales dans 12 Communautés autonomes (Aragon, Asturies, Îles Baléares, Îles Canaries, Cantabrie, Castille-La Manche, Madrid, Communauté valencienne, Estrémadure, La Rioja , Murcie et Navarre) et dans les villes de Ceuta et Melilla, en plus des élections municipales dans plus de 8 000 municipalités du pays.

Le deuxième et le plus important rendez-vous, les élections générales au cours desquelles sont élus sénateurs et députés, qui, à leur tour, éliront le Premier ministre, n'a pas encore de date, mais il doit se tenir le 10 décembre au plus tard .

Les élections régionales, le meilleur baromètre
Les élections qui se tiendront en mai seront le meilleur baromètre des élections législatives. Ce fut le cas aussi bien en 2015 qu'en 2019. En 2015, le Parti populaire est sorti vainqueur des élections régionales, ce qu'il a répété à peine sept mois plus tard, lorsque Mariano Rajoy a revalidé sa position à La Moncloa.

La même chose, mais avec un signe différent, s'est produite quatre ans plus tard. Ensuite, le Parti socialiste a remporté la plus grande victoire à caractère autonome et local et, à la fin de l'année, il a répété sa victoire aux élections pour le Congrès et le Sénat. Ce parallélisme est ce qui donne toute son importance à l'événement de mai et fait que la campagne, même officieuse, a commencé des mois à l'avance et a impliqué des profils du plus haut niveau national.

Jusqu'à présent, la plupart des sondages placent le Parti populaire en tête au niveau national, bien qu'à une courte distance du Parti socialiste. Cependant, le soutien de Vox, le seul parti avec lequel il a trouvé des accords ces derniers temps, ne suffirait pas à investir son candidat à la présidence.

Du côté du Parti socialiste, une avance électorale est écartée et on s'attend à ce qu'il accélère la limite pour l'appel aux élections, dans le but de profiter de la vitrine que peut offrir la présidence de l'Union européenne (UE). elle, qu'elle exercera au second semestre de cette année.

L'actuel président du gouvernement, Pedro Sánchez, en profitera également pour entreprendre une réforme de son exécutif , car le ministre de l'Industrie, du Commerce et du Tourisme, Reyes Maroto, sera candidat à la mairie de Madrid et au ministre de la Santé, Carolina Darias , aspirera au conseil municipal de Las Palmas.

Reste à savoir si les changements se limiteront à ces deux départements ou si Sánchez réalisera une crise gouvernementale majeure.

Les candidats : anciens et nouveaux visages
Aux prochaines élections, il y aura un mélange de candidats répétés, de nouvelles propositions et certains qui analysent encore le nouveau terrain de jeu.

parti socialiste
Le Parti socialiste estime qu'il est possible de recréer un gouvernement de coalition, comme celui qu'il a tenu dans cette législature. Le temps des majorités absolues, de part et d'autre de l'échiquier politique, est loin et il s'agit désormais d'obtenir le soutien nécessaire en dehors de la formation elle-même.

Sánchez se réjouit des sorties sociales qu'il a d'abord consacrées à la crise des coronavirus puis, ces derniers mois, à sa réponse au conflit ukrainien, contrairement aux politiques d'austérité qui ont régi la vie espagnole après la crise de 2008. En outre , veut affirmer sa bonne projection internationale de ces derniers temps.

Parti populaire
En face, en tant que chef du principal parti d'opposition, Alberto Núñez Feijóo , président du PP, fera ses débuts comme candidat aux élections nationales, après avoir gouverné pendant quatre législatures dans la région de Galice.

Le plus grand défi qui nous attend est de construire des alliances post-électorales. Avec un résultat loin d'être une majorité absolue, il aura besoin de soutien et, pour l'instant, il semble seulement qu'il le trouvera à Vox, puisque les ponts sont rompus avec les formations minoritaires régionalistes ou nationalistes.

Voix
Le parti d'extrême droite Vox se battra pour rester comme la troisième force au Congrès, même si certains sondages prédisent une baisse, comme ceux qui ont déjà eu lieu lors des derniers tours électoraux, notamment celui qui a eu lieu l'an dernier en Andalousie.

De plus, le seul parti avec lequel il est prêt à s'entendre est le Parti populaire et on sait qu'il n'y a pas une harmonie particulièrement bonne entre les dirigeants des deux formations.

Peut-on l'ajouter ?
Dans le cas d'Unidas Podemos, on ne sait toujours pas quelle sera la formule avec laquelle il sera présenté aux élections. Son principal atout politique est la deuxième vice-présidente et ministre du Travail Yolanda Díaz , qui construit depuis des mois son alternative Sumar.

L'option envisagée par Díaz est de former un parapluie dans lequel il est possible d'intégrer une majorité de formations à sensibilité progressiste, à la gauche des socialistes.

Cependant, Podemos hésite à dissoudre son acronyme dans ce parapluie et des tensions semblent se préparer. Dans la formation violette, ils ont parié sur Irene Montero , ministre de l'Égalité, comme candidate à la présidence, au cas où un accord avec Díaz ne serait pas trouvé.

partis minoritaires
La fragmentation de la scène politique espagnole actuelle se traduit par un éventail de formations qui, bien que minoritaires, peuvent être décisives pour qu'un candidat remporte l'investiture. Au niveau national, Ciudadanos se battra pour ne pas disparaître , tandis que Más País espère obtenir des résultats similaires à ceux de cette législature, dans laquelle il compte trois députés.

Dans le domaine nationaliste, il y aura un combat entre Partido Nacionalista Vasco (PNV) et EH Bildu au Pays basque, et entre Junts per Catalunya (JuntsxCat) et Esquerra Republicana de Catalunya (ERC) en Catalogne. Ce dernier cherchera à devenir un partenaire privilégié du gouvernement, si Sánchez continue à La Moncloa.

Plus de tension et une campagne hargneuse
Ces derniers mois, le débat politique dans le pays a été caractérisé par une violence verbale croissante , y compris au Congrès des députés, où plusieurs incidents ont déjà été constatés qui se sont soldés par l'expulsion de certains députés, le retrait de mots de l'acte de la séance ou le rappel à l'ordre et au décorum parlementaire par le Bureau.

La prévision n'est pas que le ton ne baisse pas, mais bien au contraire : que le tapage et la surenchère des rassemblements électoraux finissent par imprégner l'environnement institutionnel.

Les partis d'opposition, de leur côté, ont abandonné l'un de leurs drapeaux, celui d'une baisse générale des impôts , après la débâcle de Liz Truss au Royaume-Uni, alors qu'ils tentent d'exploiter les données laissées par la crise économique avec une forte inflation et une difficulté pour les familles et les entreprises à se financer, du fait des hausses successives des taux d'intérêt de la Banque centrale européenne.

De leur côté, les partis qui composent le gouvernement tentent de renverser ce discours, brandissant l'inflation la plus faible de la zone euro et le leadership en Europe pour réduire les prix de l'énergie, avec l'exception ibérique comme hymne.

Un autre des problèmes que l'opposition tentera de résoudre sera le conflit territorial, arguant que Sánchez est vendu aux partis indépendantistes catalans. C'est pour cette raison que le président espagnol a appuyé l'an dernier sur l'accélérateur pour mener à bien les mesures les plus impopulaires, comme l'élimination du crime de sédition, espérant que cette affaire s'essoufflerait à l'approche des nominations électorales .

Cela étant, il est fort probable que la reprise économique, les réserves obligatoires territoriales et une crise institutionnelle monopolisent le débat public dans les mois à venir.



Afficher Plus


Dernières actualités


© 2023 ||Jor2a.online || Condition d'utilisation